Mon allaitement

Pourquoi et comment j’ai décidé d’allaiter

Lorsque j’étais enceinte, je ne pensais même pas allaiter mon fils. Et pourtant, voilà bientôt deux ans que cette aventure continue, alors que jamais je n’aurais pensé allaiter si « longtemps ».

Tout d’abord, enceinte, et avant d’être renseignée, je pensais, comme beaucoup, que l’allaitement ce n’était pas terrible pour le papa qui ne pourrait alors pas nourrir son enfant. Puis bon je ne voulais pas que mon fils soit totalement dépendant de moi, et surtout j’avais peur d’avoir mal et d’abîmer mes seins. Enfin, bien sûr, je pensais que le lait artificiel c’était tout aussi bien que le lait maternel.

Puis en cours de grossesse j’ai commencé à me renseigner, surtout auprès d’amies (allaitantes et non allaitantes), et rapidement j’ai pris la décision d’allaiter.  Comme je ne fais jamais les choses à moitié, j’ai commencé à vraiment me renseigner, et lire des articles de la Leche League, consulter une sage-femme spécialisée en allaitement, en discuter avec la sage-femme avec laquelle on faisait des séances d’haptonomie et auprès de mes amies allaitantes pour savoir comment ça se passait concrètement.  Je me suis presque passionnée pour l’allaitement. Je ne me suis pas dit que j’allais essayer, juste pour voir si ça marchait, car je savais alors que pour pouvoir allaiter il fallait l’avoir décidé résolument, mettre toutes les chances de son côté et être vraiment motivée dans un monde, même médical, où l’allaitement n’est pas la norme , où très peu d’informations correctes circulent au sujet de l’allaitement et où on te suggère très rapidement et fortement de choisir plutôt les PCN (préparations commerciales pour nourrissons).

Pourquoi choisir d’allaiter: norme, bienfaits, recommandations

En France, passé 3 mois d’allaitement, on trouve ça bizarre, « incestueux » et anormal d’allaiter. Pourtant l’OMS et d’autres organisations de santé nationales et internationales recommandent un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois et en complément d’une autre alimentation jusqu’à 2 ans. L’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé. Bien souvent,  « anti » allaitement diront que l’OMS c’est pour les pays du Tiers Monde, et que leurs recommandations en matière de santé ne valent pas en France (oui parce que vous comprenez les bébés dans les pays du tiers monde n’ont pas les mêmes besoins que ceux en France). Pourtant des études ont montré que même dans les pays industrialisés le non allaitement fait tripler le risque d’hospitalisation pour une maladie respiratoire par rapport à un allaitement de 4 mois ou plus.

La vérité,  c’est que l’allaitement c’est le meilleur aliment qui existe pour un nouveau-né mais aussi un bébé, un bambin. Tout simplement parce qu’il vient de sa propre mère, qu’il est naturel, adapté à ses besoins.  Le lait maternel change de constitution et de goût en cours de tétée et en cours de vie, pour s’adapter au mieux aux besoins du bébé. Il donne au bébé exactement ce dont il a besoin en termes de nutriments. En fait, le sein est, selon Louis-Marie Houdebine, biologique, capable “de synthétiser, puis de sécréter quotidiennement une quantité considérable d’éléments nutritifs de très haute qualité”, car il s’adapte constamment dans le temps au bébé.

Le lait maternel a une composition parfaitement adaptée au petit homme (parce qu’il vient d’un autre être humain et pas de la vache qu’on a au passage arrachée à son veau pour lui prendre le lait qu’on donne ensuite à d’autres bébés que le sien), et permet entre autres une croissance rapide de son cerveau (contrairement au lait de vache).  En plus, toutes les études montrent que l’allaitement diminue les risques de nombreuses maladies comme l’asthme, les allergies, les pneumonies, le diabète, la sclérose en plaque et la maladie de Crohn. Il a aussi été démontré qu’il y a un lien entre l’allaitement et le développement intellectuel . Enfin l’allaitement permet de transmettre des anticorps à l’enfant, hop c’est magique, tu es malade, tu as des anticorps, et ton bébé les récupère, du coup lui n’est pas malade, ou très peu, et développe un super système immunitaire. Enfin, il est important de savoir (études à l’appui), qu’il existe un effet dose-dépendant dans l’allaitement: plus l’allaitement dure longtemps , plus l’effet bénéfique sur sa santé sera important. Les dernières études ne comparent plus bébés allaités VS bébés non allaités, mais bébés allaités plus ou moins longtemps (les bébés allaités moins d’ 1 mois étant considérés en fait souvent comme des bébés non allaités). Pour certaines maladies d’ailleurs, l’effet préventif n’est existant que si l’allaitement a duré un certain temps, ainsi certaines études ont pu conclure à tort au non-intérêt de l’allaitement après avoir comparé des bébés allaités moins de 3 mois à des bébés allaités exclusivement aux préparations pour nourrissons. (études et infos retrouvées dans le livre Allaiter, c’est bon pour la santé, Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau:  https://www.amazon.fr/Allaiter-cest-bon-pour-sant%C3%A9/dp/2883533415).

En plus de tous les aspects nutritifs et préventifs des maladies, l’allaitement crée un lien d’attachement très fort et fournit une très grande sécurité affective au bébé.  Il cumule à lui seul besoin de succion, peau à peau, goût sucré, température parfaite du lait et effet antalgique.

Et mieux encore, le lait maternel change légèrement de goût en fonction de ce qu’on mange, ce qui permet au bébé de ne pas ingurgiter constamment exactement la même chose, de même goût, et de même constitution, et donc il peut commencer à développer des différences de goût, à être sensibilisé au goût, ce qui aura un avantage certain lors de la diversification (surtout si on passe ensuite par la DME, j’en parlerais dans un autre article).   

Les études ont montré aussi que l’allaitement permet de réduire les risques de mort-subite du nourrisson.

 

Finalement, l’allaitement c’est juste normal, la base, ce n’est pas extraordinaire, ça ne donne pas des bénéfices fabuleux ou des super-pouvoirs, comme on est souvent obligé de le dire pour inciter à allaiter, pour se battre face aux industriels, c’est simplement ce qu’il y a de plus adapté à l’enfant. Le lait infantile industrialisé ou lait de vache ou préparations commerciales pour nourrissons (peu importe son nom, mais il est désormais interdit de l’appeler “lait maternisé” car il n’est en rien proche du lait maternel et que le mot “maternisé” prêtait à confusion, comme si c’était comparable), c’est juste mille fois moins bien pour un enfant, et surtout absolument pas adapté à ses besoins spécifiques à lui. Oui bien sûr l’enfant ne va pas en mourir ni devenir stupide (la preuve je n’ai pas été allaitée 😉 ) mais ça reste très en deçà du lait maternel.  D’ailleurs, certains articles parlent des bienfaits de l’allaitement, mais de plus en plus commencent à évoquer les “risques” associés aux préparations pour nourrissons (lien en fin d’article). En fait ce n’est pas si compliqué, il y a un aliment créé par la nature, pour l’enfant , et parfaitement adapté à lui: c’est le lait de sa maman, c’est naturel, c’est simple, c’est sain. Comme on dit, la nature est bien faite. 

Inutile de préciser également que l’allaitement contribue à l’écologie et au respect de l’environnement, il est gratuit, et permet de ne pas avoir à se trimbaler biberons, eau, et poudre partout. Franchement c’est un vrai plus, car c’est beaucoup plus simple de dégainer son sein partout et notamment en pleine nuit, que de devoir emmener, préparer, laver et ranger des biberons sans cesse.

 

Les bienfaits pour la maman

L’allaitement c’est aussi super pour la maman. Lorsqu’il dure assez longtemps, il diminue les risques du cancer du sein chez la femme. Il permet également, grâce aux contractions qu’il provoque, que l’utérus reprenne sa taille initiale plus rapidement. Il aide aussi la femme à perdre du poids après la grossesse (s’il dure assez longtemps, encore une fois).  Enfin, l’allaitement permet une grande détente et aide à dormir, car il libère de l’ocytocine, hormone du plaisir, qui apaise, et permet à la maman qui allaite de s’endormir beaucoup plus rapidement, plus facilement, et d’avoir un bien meilleur sommeil (toutes les mamans ayant allaité se rappelleront ces moments où tu t’endors sur ton canapé, sur ton fauteuil, dans ton lit, alors que ton bébé est en train de téter J ) . La prolactine permet également de s’adapter aux rythmes de sommeil de ton bébé (la nature est vraiment trop bien faite, c’est dingue !).

Les pouvoirs du lait humain

Le lait de femme a des vertus thérapeutiques incroyables! Il permet notamment de soigner certaines infections des yeux, du nez et des oreilles et c’est un très bon topique. Les industries pharmaceutiques le savent, puisqu’ elles sont de plus en plus nombreuses à déposer des brevets sur les composants du lait humain.

Le problème avec l’allaitement en France

Mais parlons un peu de l’allaitement en France. Aujourd’hui, le problème principal, et ce qui explique que La France soit si mauvaise élève en termes d’allaitement, que si peu de femmes allaitent  “longtemps” (en fait juste, normalement tant que l’enfant en a besoin) et respectent les besoins naturels et physiologiques de leur enfant, c’est que dans ce superbe pays des Droits de l’Homme, on manque énormément d’information à propos de l’allaitement. Même (et surtout) le personnel médical et de la petite enfance n’y connaît rien en allaitement. Ainsi, lorsqu’une femme hésite, ne sait pas trop, a peur, trouve cela un peu contraignant, hop on la pousse à choisir le lait artificiel (au passage plus cher, et pas du tout écologique). Aucune information objective sur les choix et les réalités de l’allaitement n’est donnée. Alors on ne dit pas qu’en vrai c’est bien la norme pour le bébé qu’il prenne le lait de sa mère (ba non sinon on risque de culpabiliser les mères qui n’allaitent pas, d’ailleurs un médecin ne devrait pas conseiller aux gens d’arrêter de fumer pour leur santé,c’est tellement culpabilisant aussi, et puis la sécurité routière ne devrait pas conseiller de mettre sa ceinture de sécurité aussi, c’est tellement culpabilisant pour ceux qui ne le feraient pas…).

On ne  dit pas que quasiment la totalité des femmes peuvent allaiter. On ne te dit pas non plus qu’une femme qui « n’a plus assez de lait », ça n’existe pas, c’est juste que son allaitement n’a pas été correctement mené (parce qu’elle a manqué d’informations, n’a pas assez mis son bébé au sein, a introduit la tétine ou le biberon, a souhaité stopper les tétées de nuits etc ).  On ne te dit pas qu’ allaiter, ça ne doit pas faire mal, et que si ça fait mal c’est que le bébé n’est pas correctement positionné ou a un problème de succion (et il existe plein de solutions à cela : trouver la bonne position avec l’aide d’une personne formée, aider bébé à bien prendre le sein, parfois sectionner un frein de langue trop court qui gêne la succion). On ne te dit pas non plus que les premiers mois, un allaitement doit être fait à la demande, et que noter les horaires, espacer les tétées selon des horaires définis par des “professionnels”, raccourcir les tétées, et ne pas donner le sein la nuit pour que la maman se repose et que le papa prenne le relais,  c’est le foirage quasi assuré de ton allaitement. C’est tellement plus simple d’envoyer vers l’achat de lait en poudre, plutôt que de prendre le temps d’informer, prévenir et accompagner les femmes qui souhaitent allaiter. Et pourtant en matière de prévention sanitaire on ne peut pas mieux faire que de recommander fortement, de normaliser l’allaitement.

Je cite ici un extrait d’article de la Leche League, tellement vrai : « Les fabricants de lait industriel investissent des sommes énormes pour promouvoir leurs produits (des sommes très supérieures à ce qui est investi pour la promotion de l’allaitement). Un phénomène de « lassitude » est constaté au bout d’un certain temps, quel que soit le message que l’on fait passer. Le monde où nous vivons est dominé par les intérêts commerciaux, et l’allaitement ne présente aucun intérêt commercial. Si nous ne soutenons pas l’allaitement, sa prévalence baissera sous la pression des fabricants de lait industriel, les conflits d’intérêts, et la pression sociale exercée sur les mères. L’allaitement doit se voir redonner la place qu’il mérite dans les actions de promotion de la santé infantile. »

Le droit d’avoir le choix

Pour résumer aujourd’hui on a le choix d’allaiter ou non, sauf qu’on nous laisse penser que le lait industriel c’est aussi bien et bon que le lait maternel,  mais en fait non, c’est juste que sa promotion est présente partout, et que certains médecins y trouvent aussi sûrement leur compte (ou alors n’ont pas envie de se renseigner), alors que bon, la promotion de l’allaitement, ça ne rapporte rien à personne. Et ça va plus loin, on nous fait même croire que c’est parfois mieux pour la maman et son bébé de ne pas allaiter (à toi l’alcool, la reprise du travail rapide, les soirées et sorties, les nuits tranquilles, et l’impression d’être une féministe accomplie, une femme libérée ( –>  en fait beaucoup de femmes qui allaitent sont des féministes, formées et informées).

Alors oui, c’est génial d’avoir le choix aujourd’hui de disposer de son corps, et c’est important d’avoir la possibilité de choisir,  mais les femmes qui ne souhaitent pas allaiter ont-elles eu accès à toutes ces informations ? Ont-elles pris leur décision en toutes connaissances de cause?  Connaissent-elles les “bénéfices” de l’allaitement ? Et savent-elles comment il faut s’y prendre? Ce qu’il faut éviter?  Qu’on peut allaiter dans presque tous les cas aussi longtemps qu’on le veut ? Qu’allaiter n’est pas incompatible avec l’alcool, la prise de médicaments ni la reprise du travail ? Qu’une mère qui allaite et boit un peu d’alcool ça sera toujours meilleur que le lait de vache ? Que les bénéfices d’un allaitement existent dans la majorité des cas uniquement s’il a été mené 6 mois au minimum?

Bref, font-elles vraiment un choix éclairé? Je ne le crois pas, et je ne blâme pas les femmes qui font le choix de non allaiter, je blâme les autorités de santé, les professions médicales et les professionnels de la petite enfance de si peu promouvoir et surtout encourager l’allaitement, de ne pas informer, de ne pas faire de prévention autour de l’allaitement maternel, et surtout de ne pas être capable, même dans une maternité, d’accompagner correctement les femmes et les bébés. Et aujourd’hui il faut être bien sûre de soi pour choisir de ne pas être envahie par la désinformation en matière d’allaitement.

En ce qui me concerne, j’ai dû me battre pour mettre en place mon allaitement, et on a tenté de me décourager dès le début. Heureusement pour moi et pour mon fils que j’étais déterminée et surtout assez informée pour savoir que je pouvais y arriver, pour donner ce qu’il y avait de mieux et de plus naturel à mon enfant (et parce que je n’avais pas envie de me ruiner et de polluer encore plus la planète). Encore récemment, une pédiatre m’a sorti que le lait maternel une fois passé 20 mois n’avait aucun intérêt et qu’il risquait même d’entraîner des carences en fer (ah ba oui le lait reconstitué est bourré de fer, donc en fait nos bébés doivent prendre des compléments en fer via le lait de croissance, parce que la nature fait mal les choses, ils faisaient comment avant?). Cette pédiatre, de crèche, était vraiment mal informée, puisqu’on sait que plus l’allaitement dure longtemps mieux c’est, que l’OMS recommande 2 ans minimum d’allaitement, que le sevrage naturel se fait naturellement bien après 2 ans, et surtout elle ne savait pas qu’en réalité les études montrent que les enfants souffrant d’anémies sont généralement ceux qui ne sont pas ou n’ont pas été allaités.

La culpabilisation

Le pire dans tout ça, c’est qu’on nous dit que les femmes qui allaitent et font la promotion de l’allaitement maternel font culpabiliser les femmes qui n’allaitent pas ! Les avocats du lait industriel font passer les mères allaitantes pour des folles qui veulent forcer toutes les femmes à allaiter leurs enfants jusqu’à 18 ans et qui les jetteront sur le bûcher si elles n’allaitent pas. On peut vraiment se demander de qui on se moque quand on lit ce genre de propos, lorsqu’on sait qu’ aujourd’hui celles qui sont le plus montrées du doigts, considérées comme marginales, hippies, bizarres, voire incestueuses ce ne sont pas les femmes qui donnent le biberon jusqu’à un âge tardif à leurs enfants, mais bien celles qui ont fait le choix d’allaiter plus de 6 mois.

Beaucoup de femmes qui allaitent ont déjà témoigné à ce sujet:  lorsqu’on allaite “en public” (en fait personne n’allaite “en public”, on allaite juste “partout”, quand bébé a faim, comme on lui donnerait le biberon partout), on est souvent regardée de travers, on se sent obligée de se cacher. Et on n’essaye pas de culpabiliser les femmes qui allaitent trop longtemps? Pourtant, au quotidien, beaucoup de femmes n’osent même pas évoquer leur allaitement “long” devant les gens, et même devant un professionnel de santé, parce que ce qui devrait être la “norme” et l’est dans certains pays comme la Suède ou le Japon (et là on voit que les normes sont tout à fait relatives) est plutôt mal vu en France. Sortir un biberon partout à et à toute heure semble normal , et à côté de ça des femmes qui ont choisi de ne pas aller contre la nature se cachent…

Alors oui, les femmes qui allaitent (longtemps) doivent se montrer, informer, se battre pour la promotion et la connaissance de l’allaitement maternel, contre les industriels. Elles n’essayent pas de faire culpabiliser les autres femmes, elles essayent de leur permettre un accès à l’information, à la normalité. C’est en se montrant le plus qu’on pourra normaliser l’allaitement. Pourtant, des réseaux sociaux, suppriment des photos de femmes allaitant leur bébé, car le contenu est jugé inapproprié… mais à côté de ça des photos réellement déviantes voire à caractère pornographiques circulent sans soucis! Quant il s’agit de montrer des seins pour vendre, pas de soucis non plus. 

Aujourd’hui il est très important que les femmes sachent quels choix elles ont et elles font réellement, et surtout qu’elles se préparent un minimum à allaiter et à affronter un monde où l’allaitement est mal perçu, et où la préparation industrielle pour nourrisson est la norme. L’allaitement n’est pas “mieux” que les préparations industrielles, il est ce qu’il y a de plus juste, de plus naturel. Les préparations commerciales devraient être une solution de dernier recours, ou en tous cas un choix faits après une information complète sur l’allaitement et sur les Préparations Commerciales pour Nourrissons. 

Je vous joins quelques liens en rapport avec l’allaitement, et notamment une liste de conseils pour bien mener son allaitement.  Bonne lecture. 

 

10 phrases politiquement incorrectes:

https://needfordreams.wordpress.com/2011/11/17/10-phrases-dallaitante-politiquement-incorrectes/

 

féminisme et allaitement :

https://journals.openedition.org/revdh/202

résumés d’études :

https://www.lllfrance.org/vous-informer/des-etudes/897

risques avec les préparations pour nourrissons :

http://www.infactcanada.ca/fourteen_risks_in_french.pdf

dossiers allaitement de la Leche League:

https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/dossiers-de-l-allaitement/1205

le lait maternel, plus que de la nourriture :

https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/allaiter-aujourd-hui-extraits/1538

La culpabilité:

https://www.huffingtonpost.fr/danielle-ahanda/choix-allaitement-bebe-mere_b_9166796.html

Allaiter “longtemps”:

http://parents-naturellement.com/allaitement-long/

8 erreurs à éviter pour réussir son allaitement:

http://parents-naturellement.com/allaitement-erreurs-eviter/#more-642

se préparer à allaiter:

http://parents-naturellement.com/preparer-allaitement/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s